Ce que nous disent les chiffres du handicap dans le monde

Les chiffres représentent de formidables indicateurs pour comprendre et mesurer les problématiques de santé. Sur le volet du handicap, la question de l’accès aux aides techniques devient primordiale notamment dans un contexte d’inégalités d’accès aux soins, alors que la prévalence du handicap ne fait qu’augmenter. 

Dans le but de mieux estimer les besoins des personnes en situation de handicap, nous avons souhaité dresser un état des lieux des chiffres sur ce sujet.

Les chiffres de référence sur le handicap

D’après le Rapport mondial sur le handicap publié par l’OMS et la Banque Mondiale en 2011, plus d’1 milliard de personnes vivent avec un handicap et près de 200 millions d’entre elles ont de très grandes difficultés fonctionnelles . C’est 10% de plus qu’en 1970, et d’ici 2030 il est estimé que plus de 2 milliards de personnes auront besoin d’assistances technologiques

Comment l’expliquer ? Ce sont les conséquences du vieillissement mondial de la population et de l’augmentation de la prévalence des maladies chroniques. Effectivement, les personnes âgées ont un risque de handicap plus élevé, et les maladies peuvent provoquer des infirmités, comme le diabète, qui multiplie par 8 le risque d’amputation. 

Devenu une référence, ce rapport de l’OMS a permis d’établir l’état des lieux du handicap dans le monde et une meilleure compréhension des problématiques associées.

Cependant, encore aujourd’hui il est compliqué d’obtenir des données précises sur le handicap.

Des données incomplètes à l’échelle mondiale

En 2021, malgré les nombreuses études sur le sujet, il est difficile d’avoir une vision précise sur les chiffres du handicap dans le monde. Il n’existe pas de consensus sur les définitions, ni d’informations sur l’incidence et la prévalence comparables entre les pays. Cela rend délicat l’établissement d’un constat mondial chiffré sur le handicap.

De plus, il existe un très important manque de prise en charge et d’accompagnement du handicap et cette carence est d’autant plus observée dans les pays en développement.

En effet, on observe de fortes disparités à travers les différentes régions du monde. 

80 % des personnes handicapées et 95% des enfants souffrant de troubles du développement vivent dans les pays à faibles et moyens revenus.

Pourtant, l’accès aux aides techniques y est plus difficile que dans les pays à hauts revenus en raison d’une pénurie de main-d’œuvre dans le domaine des technologies d’assistance. Les personnes en situation de handicap ne sont donc pas suffisamment prises en charge, cela peut entraîner leur exclusion, les condamner à l’isolement et à la pauvreté. Le manque de personnels et de structures adaptées dans certaines régions empêche le recensement et la considération de ces personnes comme porteuses de handicap. 

Les chiffres pourraient, par conséquent, parfois être sous-estimés.

Lors de notre travail de recherche, nous avons constaté qu’il existe d’énormes écarts entre les différentes sources et l’impossibilité, à notre échelle, de vérifier leur fiabilité. À noter qu’il existe des études de marché payantes (à plusieurs milliers d’euros) qui contiennent peut-être des chiffres plus précis.

Les inégalités d’accès aux aides techniques

9 personnes sur 10 dans le besoin n’ont pas accès à une aide technique, ceci s’explique en partie par le coût élevé de ces produits. C’est pourquoi, la moitié des personnes en situation de handicap ne peut accéder financièrement aux soins de santé. On l’explique également par une absence de politique publique de santé, un manque de sensibilisation, de disponibilité, de personnel formé, de financement.

Le déficit de prise en charge est généralisé à toutes les formes de handicap :

– 200 millions de personnes malvoyantes vivent sans produits d’assistance pour la basse vision.

– 466 millions de personnes dans le monde souffrent d’une perte auditive et seulement 10% ont accès à des aides auditives. 

– 75 millions de personnes ont besoin d’un fauteuil roulant et seulement 5 à 15 % en sont équipées.
Et bien entendu, les inégalités d’accès aux aides techniques n’épargnent pas les personnes amputées.

Zoom sur quelques chiffres autour de l’amputation et des maladies neuromusculaires

Chez ORTHOPUS, nous concevons 2 gammes de solutions pour le membre supérieur : des prothèses pour les personnes amputées  ainsi que des assistances robotiques de compensation, notamment à destination des personnes atteintes de maladies neuromusculaires. Nous allons donc nous intéresser plus précisément aux chiffres relatifs à ces typologies de handicap.

Amputations et aides techniques dans les pays en développement

Dans le monde, on estime que 1,5 million de personnes sont amputées chaque année et doivent avoir accès à des prothèses, 15% de ces amputations concernent le membre supérieur.

65 millions de personnes vivent avec une amputation et 64% d’entre elles sont issues des pays en développement. Les principales causes d’une amputation sont les maladies vasculaires (54%), y compris le diabète et les maladies artérielles périphériques, les traumatismes (45%) et le cancer (moins de 2%).

Dans les pays à hauts revenus, environ 80 % des amputations sont dues à des complications de maladies des vaisseaux sanguins et du diabète. Tandis que dans les pays en développement la plupart des amputations résultent de traumatismes dus à des accidents de la circulation, des blessures causées par des conflits actuels ou par des restes explosifs de guerre passées (mines). 40% des amputations causées par un traumatisme sont des amputations du membre supérieur (19,6% d’amputations unilatérales et 19,1% bilatérales).

L’OMS estime que seuls 5 à 15 % des amputés ayant besoin de prothèses dans les pays à faible et moyen revenu y ont accès. De plus les professionnels de santé ne sont pas assez nombreux, il y a un peu plus de 2 prothésistes/orthésistes pour 1 million d’habitants dans les pays développés, tandis que les pays à faibles et moyens revenus ont tous moins d’un prothésiste/orthésiste pour 1 million d’habitants et 75 % d’entre eux ne disposent d’aucun programme de formation en matière de prothèses et d’orthèses.

Concernant les maladies neuromusculaires, il est extrêmement difficile de trouver des chiffres exacts du nombre de personnes atteintes.

Néanmoins, en 2007, Eurordis une alliance regroupant les organisations de patients atteints de maladies rares, estimait à 200 000 le nombre de personnes atteintes de maladies neuromusculaires en Europe. Si nous extrapolons ces données à la population mondiale de 2021,  cela donne une estimation approximative d’un peu plus de 2 millions de personnes atteintes de maladies neuromusculaires dans le monde.

Grâce à ces chiffres, on se rend compte que les inégalités d’accès aux aides techniques perdurent : ce sont plus d’1 milliards de personnes et leur entourage qui sont touchés par les inégalités sociales qu’elles impliquent. Malgré le travail extraordinaire de l’OMS et des autres organisations dévouées au handicap, on estime encore trop mal les besoins réels des personnes en situation de handicap dans le monde. Chez ORTHOPUS nous souhaitons apporter notre pierre à l’édifice, en permettant d’améliorer la qualité de vie d’un maximum de personnes amputées ou à mobilité réduite.

WHO, Policy brief: Access to assistive technology, May 2020
WHO, Policy brief: Access to assistive technology, May 2020

La mission d’ORTHOPUS

Frappé par ce constat d’un fort manque d’accès aux technologies d’assistance, particulièrement dans les pays à faibles et moyens revenus, ORTHOPUS s’est positionné sur le développement de solutions d’appareillage accessibles et à bas coûts. Notre mission est de permettre l’accès aux solutions médicales pour le plus grand nombre, de participer à l’émergence de nouvelles méthodes de fabrication et de diffusion et de bousculer le marché de la santé et plus particulièrement des dispositifs médicaux.

 

NOS SOURCES :

Remplissez le formulaire ci-dessous pour télécharger notre catalogue :

Vous souhaitez être tenu⋅e⋅s au courant des avancées sur nos solutions en cours de développement ?
Inscrivez-vous ci-dessous pour vous abonner à notre newsletter (envoi tous les 3 mois environ).

We use Mailchimp as our marketing platform. By clicking below to subscribe, you acknowledge that your information will be transferred to Mailchimp for processing. Learn more about Mailchimp’s privacy practices here.